Fabrication d'obus aux Ateliers du PO.

20. 1 num_37.jpg

L’économie du département est mobilisée pour la guerre. Les ateliers de la compagnie de chemins de fer du Paris-Orléans, réquisitionnés, fabriquent des obus. L’emploi des femmes et de travailleurs coloniaux (chinois et tunisiens) permet d’y pallier l’absence des ouvriers mobilisés.