PRE 4, Journal de Bergerac, article " Le commandant Esterhazy devant le conseil de guerre ", 12 janvier 1898

PRE 4, Journal de Bergerac, article « Le commandant Esterhazy devant le conseil de guerre », 12 janvier 1898

Le 17 novembre 1897, le général de Pellieux est chargé d’enquêter sur les accusations. Trois jours plus tard, il conclut: « il ne peut, en l’état, être accusé de trahison ».

Le commandant Esterhazy demande à être renvoyé devant un conseil de guerre. Pendant ce temps, les autorités politiques continuent de clamer « il n’y a pas d’Affaire Dreyfus » (Jules Méline, président du Conseil).

Le 11 janvier 1898, le commandant Esterhazy est acquitté.