PRE 1, Avenir de la Dordogne, bulletin " Il faudrait bien en finir avec cette énervante affaire ", 9 novembre 1897

2- 9 novembre 1897 Il faudrait bien en finir Avenir de la Dordogne.jpg

L’affaire est relancée quand le commandant Estherhazy est démasqué par le commandant Picquart ; ce dernier, nouveau responsable la Section des renseignements, intercepte en mars 1896 un nouveau document « le petit bordereau » envoyé par Schwartzkoppen, attaché militaire de l’ambassade allemande. Ce petit bordereau met en lumière la culpabilité d’Esterhazy.

Face à ces soubresauts, les quotidiens départementaux s’agacent et demeurent dans le camp des antidreyfusards.